Québec, l'accent d'Amérique

Patrimoine

L’archéologie à Québec

Église de La Nativité-de-Notre-Dame

L’enclos paroissial n’est pas qu’un espace sacré. La vie des occupants, que ce soit le curé, l’instituteur ou le sacristain, se révèle à travers les endroits qu’ils ont habités et les nombreux objets qu’ils ont abandonnés sur les lieux.

Les presbytères

Le premier presbytère

Les fondations des murs nord, ouest et sud du premier presbytère, construit à la fin des années 1680, ont été trouvées au nord-ouest de l’église. Les dimensions initiales de cette habitation étaient d’environ 7 m sur 8 m.

En 1749 et 1750, le presbytère est prolongé vers l’est, ce qui porte ses dimensions à 13,6 m sur 8 m. Du côté ouest, on ajoute une annexe en pierre et creuse un puits. Le dallage de l’annexe était incliné, ce qui permet de penser qu’il s’agissait d’une glacière; une telle structure aurait, en effet, été pourvue d’un puits perdu pour évacuer les eaux de fonte. Le parement intérieur des murs et le dallage présentaient des traces de crépi et la construction disposait probablement d’un plancher de bois.

À proximité, une fosse à déchets accolée à un bâtiment secondaire en bois contenait vraisemblablement des rebuts provenant du presbytère : objets domestiques d’origine française, britannique et locale et ossements animaux. Les nombreux contenants en faïence et en grès salin blanc ainsi que la grande quantité de bouteilles à vin ou à bière dénotent une certaine aisance en accord avec le statut dont jouissait le curé.

Vue en plongée de l’annexe en pierre érigée contre le mur pignon ouest du premier presbytère de la paroisse de La Nativité-de-Notre-Dame.

Photographie Christian Dionne.

Terrine à pâté en terre cuite commune, fosse à déchets, contexte 1775-1790.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Couvercle de la terrine à pâté en terre cuite commune, fosse à déchets, contexte 1775-1790.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Vaisselle de table en faïence, fosse à déchets, contexte 1775-1790.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Vaisselle de service en faïence, fosse à déchets, contexte 1775-1790.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Bouteilles anglaises à vin ou à bière, fosse à déchets, contexte 1775-1790.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Le deuxième presbytère

Le deuxième presbytère est construit vers 1813 et démoli en 1863 pour laisser place au presbytère actuel. Les dessins de Cockburn et de Steton le dépeignent comme un long édifice doté d’une annexe adossée à chacun de ses murs pignons.

Les vestiges correspondent à la portion nord de l’édifice et des annexes ainsi qu’à quelques sections d’un dallage en façade. Le corps principal, d’une longueur de 23,5 m, est orienté est-ouest. L’épaisseur des fondations des annexes laisse croire qu’elles étaient en bois. Le dallage devait s’étendre devant la façade et servir d’aire de circulation entre le presbytère et l’église.

Vestiges du deuxième presbytère de la paroisse de La Nativité-de-Notre-Dame.

Photographie Ville de Québec.

Les multiples transformations du premier presbytère

Après la construction du nouveau presbytère, la première demeure du curé aurait servi d’écurie avant d’être délaissée. À partir de 1840, on voit apparaître à cet endroit une école, puis une chapelle des morts et une salle publique.

Évolution du premier presbytère de la paroisse de La Nativité-de-Notre-Dame.

Plan Ville de Québec.

L’école

En 1839, la partie en bon état de l’ancien presbytère est réutilisée pour la mise en place d’une école. La structure est alors agrandie vers le sud, ce qui porte sa largeur à 10,7 m. On aménage des latrines entre l’annexe et le puits, entraînant l’abandon de ce dernier.

Les latrines, en usage entre 1840 et 1860 environ, se présentaient sous la forme d’un caisson de bois rectangulaire. Elles étaient pourvues d’une canalisation en bois qui aboutissait dans l’ancienne annexe utilisée comme trop-plein. Pour laisser passer le drain, une partie du mur sud et du dallage de l’annexe avait été démantelée. Les latrines ont été converties en fosse à déchets à un moment indéterminé. Les artéfacts et écofacts qu’elles contenaient témoignent de la vie scolaire et de la présence des instituteurs qui habitaient les lieux.

Les latrines de l’école de la paroisse de La Nativité-de-Notre-Dame.

Photographie Ville de Québec.

Encrier en grès commun, latrines et fosse à déchets adjacentes à l’école, contexte 1840-1860.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Crayon d’ardoise, latrines et fosse à déchets adjacentes à l’école, contexte 1840-1860.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Jetons datant de 1837 à 1852, latrines et fosse à déchets adjacentes à l’école, contexte 1840-1860.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Jetons datant de 1837 à 1852, latrines et fosse à déchets adjacentes à l’école, contexte 1840-1860.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Terrine en pearlware, latrines et fosse à déchets adjacentes à l’école, contexte 1840-1860.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Bol en terre cuite fine blanche, latrines et fosse à déchets adjacentes à l’école, contexte 1840-1860.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Assiette en terre cuite fine blanche à décalcomanie, latrines et fosse à déchets adjacentes à l’école, contexte 1840-1860.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Tasse en terre cuite fine blanche à décalcomanie, latrines et fosse à déchets adjacentes à l’école, contexte 1840-1860.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Assiette en terre cuite fine blanche à motif shell edge, latrines et fosse à déchets adjacentes à l’école, contexte 1840-1860.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Petite assiette creuse en terre cuite fine blanche à décalcomanie, latrines et fosse à déchets adjacentes à l’école, contexte 1840-1860.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Verre à pied, latrines et fosse à déchets adjacentes à l’école, contexte 1840-1860.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Pipe en terre cuite fine, latrines et fosse à déchets adjacentes à l’école, contexte 1840-1860.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

La chapelle des morts

La chapelle des morts, élevée vers 1847, est une construction de pierre de 9,75 m sur 6,5 m. Elle s’appuie sur le mur est de l’école et était pourvue, semble-t-il, d’une cheminée dans son mur pignon est. Ses fondations reposent en partie sur une structure antérieure dont l’utilisation n’a pu être précisée, mais qui est associée à une concentration d’objets antérieure à 1790 et donc contemporaine de l’occupation du premier presbytère.

La salle publique

En 1864, la chapelle des morts est agrandie avec les pierres provenant de la démolition du deuxième presbytère et l’ensemble de l’édifice, incluant l’école, prend le nom de salle publique. Les travaux d’agrandissement donnent sa forme définitive au bâtiment qui, à nouveau rectangulaire, mesure 23,6 m sur 10,7 m. La salle, qui sera démolie en 1953, est affectée à diverses fonctions : école, logements notamment pour le sacristain, salles de réunion.

Les interventions archéologiques ont permis de constater que de nombreuses modifications ont été apportées à la salle publique au tournant du 20e siècle. On procède notamment à l’installation de latrines et d’un puisard, au creusement de la cave et au percement de certains murs de fondation afin d’assurer la circulation au sous-sol. La fosse des latrines, qui servira aussi de fosse à déchets, est en usage de 1895 à 1920 environ. Elle a livré une grande quantité d’artéfacts et d’écofacts reliés à l’utilisation de la salle publique, dont de nombreux flacons de médicaments brevetés.

Latrines de la salle publique de la paroisse de La Nativité-de-Notre-Dame.

Photographie Ville de Québec.

Soucoupe en terre cuite fine blanche vitrifiée, latrines de la salle publique, contexte 1895-1920.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Assiette en terre cuite fine blanche vitrifiée, latrines de la salle publique, contexte 1895-1920.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Soucoupe en terre cuite fine blanche vitrifiée, latrines de la salle publique, contexte 1895-1920.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Jarre en terre cuite commune, latrines de la salle publique, contexte 1895-1920.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Bouteille portant la marque Muehlebach de la George Muelhbach Brewing Co., une entreprise brassicole de Kansas City en affaires entre 1868 et 1956, latrines de la salle publique, contexte 1895-1920.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Bouteille à spiritueux, latrines de la salle publique, contexte 1895-1920.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Bouteille à produit alimentaire, latrines de la salle publique, contexte 1895-1920.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Bouteille à produit alimentaire, latrines de la salle publique, contexte 1895-1920.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Bouteilles portant la marque LE BAUME RHUMAL / L. R. BARIDON / SEUL AGENT POUR LE CANADA, latrines de la salle publique, contexte 1895-1920.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Bouteilles portant les marques SIROP DE GAUVIN / POUR LA TOUS (sic ) / MONTREAL et HENRY R. GRAY qui contenait probablement le célèbre Gray’s Syrup of Red Spruce Gum, latrines de la salle publique, contexte 1895-1920.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Bouteilles de liniment portant les marques NERVINE / PREPARED BY / THE CATARRHOZONE CO/ KINGSTON ONT et NERVILINE / MONTREAL, latrines de la salle publique, contexte 1895-1920.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Bouteilles portant les marques MINARD’S LINIMENT et HEMLOCK OIL CO / DERRY N  H., latrines de la salle publique, contexte 1895-1920.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Bouteille portant la marque FLUID BEEF / CORDIAL / HENRY K. WAMPOLE CO LTD PERTH ONT. CANADA, latrines de la salle publique, contexte 1895-1920.

Église de La Nativité-de-Notre-Dame, collections archéologiques de la Ville de Québec, photographie Diane Bussières.

Bâtiments secondaires et aménagements de la place

De nombreux vestiges témoignent de plusieurs bâtiments secondaires et aménagements construits entre les années 1860 et 1960 sur les terrains de la fabrique. Mentionnons, entre autres, la présence de diverses structures pour traverser ou canaliser le ruisseau qui marquait la limite nord de la place de l’église.

Canalisation voûtée mise au jour au nord de la place de l’église de La Nativité-de-Notre-Dame.

Photographie Ville de Québec.

© Ville de Québec, 2016. Tous droits réservés.